Cameroon: Situation in NW and SW - Jean-Jacques Ekindi Condemns Violence

Protesters use catapult against police in Bamenda

Jean-Jacques Ekindi, président du Mouvement progressiste. « Ce n'est pas admissible de saccager des établissements »

Vous avez appelé à une rentrée scolaire sereine. Pouvez-vous repréciser votre pensée ? Il faut faire l'évaluation de ce qui s'est passé et de ce qui va venir. La rentrée est une période propice pour cela. C'est dans ce cadre que nous nous sommes penchés sur un problème prégnant qui est celui de l'éducation de nos enfants. Dans la plupart des régions, les choses se sont passées presque normalement.

Dans d'autres, non. A l'Est, il y a eu les remous consécutifs à l'instabilité en Centrafrique, à l'Extrême-Nord, il y a la guerre contre Boko Haram. Il y a les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, soumises à une espèce de voie de fait, avec les villes mortes, des groupes qui prônent le boycott de toute activité et surtout de la scolarisation. Chose dont nous ne pouvons pas nous satisfaire. L'essentiel de ces problèmes se traduit par l'insécurité de certains enfants sur le chemin de l'école, à l'école et éventuellement à la maison.

Cette insécurité, en ce qui concerne l'Est, ne dépend pas trop du Cameroun. Nous la subissons. Il faut qu'au niveau des instances bilatérales quelque chose soit fait. Mais à côté de ça, notre pays doit s'occuper des jeunes. C'est pourquoi nous avons pensé à la notion de sanctuarisation : la délimitation d'un périmètre précis dans lequel on met une sécurité maximale. Si on autorise l'école dans un coin de la région, qu'on prenne toutes les mesures pour que la zone soit sécurisée.

Votre regard sur les actes de vandalisme subis par certaines ambassades du Cameroun à l'étranger ? Nous condamnons les actes de violence. Ce n'est pas admissible, sous prétexte de mécontentement, de saccager des établissements publics ou privés. Il faut s'organiser. Ce n'est pas en ne faisant rien ou en comptant exclusivement sur les forces publiques que l'on se sentira en sécurité. Lorsque ce genre de phénomène arrive, une stratégie doit être élaborée avec les forces de l'ordre. Il faut punir ceux qui causent des dégâts.

La colère ne justifie pas ces actes, et il faut que les acteurs sociaux et politiques se prononcent clairement. Pour ce qui s'est passé dans les ambassades, c'est difficilement compréhensible. Brûler le drapeau du Cameroun à l'étranger est une catastrophe. C'est ce drapeau qui montre que nous sommes là, que c'est le Cameroun. Propos recueillis par Mireille

See What Everyone is Watching

More From: Cameroon Tribune

Don't Miss

AllAfrica publishes around 600 reports a day from more than 150 news organizations and over 500 other institutions and individuals, representing a diversity of positions on every topic. We publish news and views ranging from vigorous opponents of governments to government publications and spokespersons. Publishers named above each report are responsible for their own content, which AllAfrica does not have the legal right to edit or correct.

Articles and commentaries that identify allAfrica.com as the publisher are produced or commissioned by AllAfrica. To address comments or complaints, please Contact us.