Cameroon: « Nous Allons Renforcer La Lutte Anti-Vectorielle »

interview

Dr Dorothy Ashu Fosah Kah, secrétaire permanent du Programme national de lutte contre le paludisme.

Quelles sont les grandes lignes en termes d'actions menées en 2020 pour faire face au paludisme ?

En 2020, malgré le Covid-19, nous avons réussi à organiser toutes les actions de lutte contre le paludisme. Notamment, la campagne de distribution des moustiquaires qui a été un grand défi. Près de 95% des ménages ont bénéficié des moustiquaires. Nous avons aussi réussi à organiser la campagne de traitement des enfants dans les régions du Nord et de l'Extrême-Nord. C'est ce que nous appelons la chimio prévention du paludisme saisonnier. Près de 1,7 million d'enfants ont été traités pendant quatre mois. De même, nous avons pu approvisionner des formations sanitaires, malgré le léger retard. Le personnel de santé a été formé sur le nouveau protocole à adopter. Cela a permis de réduire les décès dans les formations sanitaires par rapport à 2019.

Qu'est-ce qui justifie tant de décès malgré les actions menées ?

Les décès sont estimés à environ 11 000 en 2019. Même s'il y a une légère baisse par rapport aux années antérieures, la situation reste toujours préoccupante. Le Cameroun reste classé 11e pays du monde affecté par le paludisme. Cela s'explique par la propagation de la résistance de nos vecteurs contre les insecticides utilisés dans les moustiquaires, mais aussi la faible fréquentation des hôpitaux par les populations pendant la période Covid-19. L'accès aux soins de qualité reste aussi un problème parce que les formations sanitaires ne sont pas toujours disponibles auprès des populations. Nous avons adopté les interventions sous directives communautaires où nous avons formé des agents de santé communautaires. Ils vont tester et traiter les malades dans les communautés. Malheureusement, la couverture de ces agents de santé communautaire reste faible.

En 2021, quelles sont les priorités ?

Premièrement, nous allons continuer à renforcer la lutte anti-vectorielle. Concrètement, nous allons rattraper le retard que nous avons eu pour les régions qui n'ont pas bénéficié de la campagne, notamment le Sud-Ouest. Nous ferons tout pour acheter les moustiquaires de la région du Centre. On espère que cela pourra arriver à une bonne période pour permettre d'organiser cette campagne avant la fin de l'année. Nous envisageons aussi de continuer avec toutes les actions de chimio prévention chez les femmes et les enfants. Surtout, nous allons introduire une nouvelle intervention chez les enfants. Il s'agit du traitement préventif intermittent pour renforcer la prévention chez le groupe vulnérable de 0 à 5 ans. Pour les femmes enceintes, la distribution des moustiquaires est une distribution de routine. Elles sont censées bénéficier des moustiquaires de la campagne, en dehors des régions du Centre, du Sud et de l'Est. Mais la faible couverture des femmes enceintes s'explique par le retard de livraison des moustiquaires dû à la pandémie de Covid-19.

More From: Cameroon Tribune

Don't Miss

AllAfrica publishes around 800 reports a day from more than 130 news organizations and over 500 other institutions and individuals, representing a diversity of positions on every topic. We publish news and views ranging from vigorous opponents of governments to government publications and spokespersons. Publishers named above each report are responsible for their own content, which AllAfrica does not have the legal right to edit or correct.

Articles and commentaries that identify allAfrica.com as the publisher are produced or commissioned by AllAfrica. To address comments or complaints, please Contact us.