Mauritius: Independent Police Complaints Commission - 455 plaintes contre des policiers en huit mois

2 September 2021

Le nombre de plaintes enregistrées à l'Independent Police Complaints Commission contre les policiers ne laisse pas indifférent. Les plaignants avancent qu'ils sont faussement accusés d'être des trafiquants de drogue, notamment. Comme le cas de John Brown, arrêté en avril à Résidence Ste-Claire.

De janvier à fin août de cette année, 455 plaintes ont été enregistrées à l'Independent Police Complaints Commission (IPCC) contre des policiers, incluant ceux de Rodrigues. Les griefs des victimes: abus de pouvoir, brutalité policière, vols... Sollicité, un officier de l'IPCC nous explique que la commission traite les plaintes contre des policiers en service. «Une personne qui souhaite porter plainte contre un policier peut venir seule, soit accompagnée d'un homme de loi, envoyer un e-mail ou même une lettre. La commission prendra connaissance du contenu, appellera le plaignant, donnera la parole au policier, demandera des preuves et, à partir de là, tranchera.»

L'officier ajoute que l'IPCC essaie d'abord de régler les cas à l'amiable et de trouver une conciliation, en demandant au policier de présenter des excuses. «Mais si les deux parties ne sont pas d'accord et que la commission constate qu'il y a matière à poursuite, on envoie le dossier au Directeur des poursuites publiques. Et si la commission estime qu'il faut prendre des actions disciplinaires, le dossier est envoyé à la Disciplinary Forces Services Commission», soutient notre interlocuteur.

La dernière plainte à l'IPCC remonte à lundi. Un habitant des hautes Plaines Wilhems a porté plainte contre des limiers de l'AntiDrug and Smuggling Unit (ADSU). Il allègue avoir été piégé comme John Brown.

Fouilles, brutalité, vols...

Les faits se sont produits en mai. Le plaignant, un self-employed, explique que les limiers de l'ADSU se sont approchés de lui, alors qu'il se trouvait à bord de sa voiture sur une aire de stationnement. Lors d'une première fouille, ils n'ont rien trouvé de suspect. Dans un deuxième temps, on lui aurait dit qu'il faudra fouiller sa maison, celle de son frère et de son ex-épouse. Rien de suspect n'a été retrouvé lors des perquisitions.

Pas satisfaits, les limiers de l'ADSU lui disent alors qu'ils doivent l'embarquer, avec sa voiture et sa camionnette, qui se trouvait chez son ex-épouse. Direction le poste de police le plus proche. C'est à ce moment-là qu'un «pouliah» de cannabis et un colis de drogue synthétique ont été découverts dans sa voiture.

L'habitant des hautes Plaines-Wilhems déplore que des Rs 145 000 qui se trouvaient dans sa camionnette, Rs 40 000 aient disparu. Il confie qu'il a également été brutalisé jusqu'à ce qu'il accepte que la drogue lui appartienne. Ce self-employed avance qu'il n'a pourtant jamais touché à aucune drogue et qu'il n'est pas trafiquant.

Par ailleurs, mercredi dernier, un habitant de Camp Carol a porté plainte contre des policiers de l'ADSU. Le 24 août, ces derniers ont débarqué chez lui et l'ont appréhendé avec 1,5 gramme de cannabis. Ils ont aussi perquisitionné son domicile et ont mis la main sur Rs 130 000, recette de la vente de sa voiture, dit-il. Lors de son arrestation, les enquêteurs auraient remis l'argent à la mère du suspect, mais ce n'est qu'après sa libération que le quadragénaire a pu constater que la somme de Rs 70 000, sa chaîne en or, sa paire de jeans, sa ceinture et ses cigarettes, le tout d'une valeur de Rs 88 500, avaient disparu.

Ces deux cas nous rappellent celui de John Brown, arrêté le 29 avril lors d'une opération policière à Résidence Ste-Claire. John Brant Vivien, de son vrai nom, avait porté plainte au Central Crime Investigation Department, affirmant qu'il n'était pas en possession de drogue au moment de son arrestation. Pourtant, des policiers avancent, pour leur part, qu'il avait un sac en plastique contenant 34,68 g d'héroïne, 7,87 g de drogue synthétique, 15 petits sachets d'héroïne, 96 doses d'héroïne dans du papier aluminium et 420 papiers de synthétique. Le tout, d'une valeur d'environ Rs 1,4 million. Or, les images d'une vidéo CCTV démontrent que l'habitant de Résidence Ste-Claire n'avait que son téléphone à la main.

AllAfrica publishes around 800 reports a day from more than 100 news organizations and over 500 other institutions and individuals, representing a diversity of positions on every topic. We publish news and views ranging from vigorous opponents of governments to government publications and spokespersons. Publishers named above each report are responsible for their own content, which AllAfrica does not have the legal right to edit or correct.

Articles and commentaries that identify allAfrica.com as the publisher are produced or commissioned by AllAfrica. To address comments or complaints, please Contact us.

X